Entretien avec Jana Heinisch : sur sa vie de pilote, son émission de radio & sa carrière de mannequin

Interview de Jana Heinisch – Jana Heinisch est une véritable touche-à-tout : depuis sa participation à la saison 9 de GNTM, la belle rousse n’est pas seulement mannequin, elle travaille également comme animatrice radio et est pilote. Dans l’interview qu’elle nous a accordée, Jana parle de sa carrière d’hôtesse de l’air et de pilote, dévoile sa destination de rêve et parle de son émission de radio et de son propre podcast. Jana nous parle également en exclusivité de sa participation à GNTM, de sa carrière de mannequin et de ses projets d’avenir.

Carrière d’hôtesse de l’air et de pilote

FIV : Bonjour, chère Jana, comme je suis contente que l’interview ait pu avoir lieu aujourd’hui. Il s’est passé beaucoup de choses chez toi ces derniers temps. Ta vie est tellement passionnante. Tu es pilote et avant cela, tu as travaillé comme hôtesse de l’air. Comment en es-tu arrivée à travailler dans ce domaine ?

Jana : Le choix de la profession d’hôtesse de l’air s’est fait plus ou moins par hasard, lorsque j’ai réalisé, pendant mes études d’enseignement, que les études en soi ne me satisfaisaient pas et que je préférais continuer à travailler dans la vie professionnelle classique sans les conditions du 9to5. La formation était plutôt une remarque marginale et plaisante de ma mère – „Et si tu pouvais voler ? Qu’est-ce que tu ferais ?“ Quelques semaines plus tard, j’avais un contrat de formation chez Germania, je suis ensuite devenu le visage publicitaire de leur nouvelle campagne d’image (merci le background de mannequin) et, après un an, chef de cabine (appelé familièrement Senior ou Purser). Début 2019, elle a été déclarée en faillite et tous ses collaborateurs ont été licenciés. Je savais – sans voler, sans moi. Mais pourquoi ne pas passer de l’autre côté de la porte du cockpit ? Lorsque j’ai déménagé à Berlin, une connaissance m’a recommandé une école de pilotage dans le Brandebourg et c’est ainsi que la formation a commencé.

La destination de rêve de Jana : New York

FIV : En tant qu’hôtesse de l’air, tu as beaucoup voyagé dans le monde. Quelle a été ta plus belle destination jusqu’à présent et y a-t-il un endroit dans le monde où tu veux absolument aller ?

Jana : J’étais hôtesse de l’air sur des vols moyen-courriers. Je n’ai donc pas vécu l’idée romantique des palmiers, des plages de sable et des métropoles et de me réveiller dans les plus beaux hôtels. J’aimerais quand même aller à New York à l’approche de Noël – c’est un peu kitsch, je sais, mais c’est vraiment en haut de ma liste.

Photo : Nikk Martin

Le journalisme a toujours intéressé la belle

FIV : Tu n’es pas seulement pilote, mais tu as aussi ton propre talk-show hebdomadaire sur Radio Energy. As-tu toujours voulu faire quelque chose dans le domaine du journalisme ?

Jana : J’ai toujours trouvé l’échange avec des lecteurs ou des spectateurs passionnant – quand j’étais hôtesse de l’air, j’avais aussi une chronique sur Travelbook et sur Instagram, il y avait mon #flightfactfriday hebdomadaire avec des anecdotes et des informations sur les coulisses de l’aviation. Écrire, parler, remettre en question, écouter, apprendre de nouvelles choses a toujours été une grande partie de moi et je suis bien sûr ravie d’avoir désormais autant de possibilités différentes de le faire.

Ce qui plaît le plus à Jana dans son émission de radio

FIV : Dans l’émission, tu mènes des interviews avec des stars et des influenceurs et tu parles de thèmes et d’événements actuels. Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton travail d’animatrice radio ?

Jana : Le meilleur, ce sont vraiment les discussions et l’apport de nos invités. Le format s’appelle #Realtalk am Mittwoch parce que nous recevons la plupart du temps des personnes qui n’ont pas un parcours de vie classique et qui ne parlent pas de ce que toutes les chaînes abordent de toute façon. Un homme qui était enfant de la rue et qui est aujourd’hui auteur de best-sellers dans le Spiegel, une femme qui travaille comme chasseuse de fantômes, une autre qui gagne sa vie sur Onlyfans, un trafiquant de drogue qui a séjourné dans la prison la plus dure d’Amérique du Sud et qui a aujourd’hui trouvé son chemin vers Dieu ou deux amis qui viennent de la scène Puppy Play et qui réalisent leurs fantasmes sexuels avec des masques de chiens. Toutes ces personnes ont vécu des choses qui échappent en partie à mon imagination et je trouve très inspirant et important d’aller dans ces divers échanges.

C’est dire l’importance de la question du féminisme !

FIV : Dans ton émission de radio et ton podcast Neongrau, tu abordes des thèmes qui te touchent, comme le féminisme. Quelle est pour toi l’importance de parler davantage de ces sujets ?

Jana : Le féminisme provoque chez beaucoup une réaction de rejet. Je peux même le comprendre en partie, car qui voudrait dépenser de l’énergie à briser les vieux schémas de pensée alors qu’on pourrait continuer sans problème comme avant. Cependant, ce ne sont pas seulement les femmes qui ont besoin du féminisme pour l’égalité, mais aussi les hommes. Non seulement une femme ne devrait pas se voir attribuer un statut particulier parce qu’elle est pilote ou qu’elle construit sa propre cuisine, mais les hommes qui ne vont pas à la salle de sport pour „pomper“, qui sont sensibles, qui aiment danser ou peindre, ou qui s’occupent des tâches ménagères et de la garde des enfants, par exemple, ne devraient pas non plus être cantonnés à un rôle. Pour moi, le féminisme définit que chaque personne peut être tout ce qu’elle veut (tant que cela ne limite personne d’autre), indépendamment de son sexe biologique.

Photo : Nikk Martin

La pression dans l’industrie de la mode est pire que sur les médias sociaux !

FIV : Tu es en public et tu es actif sur les médias sociaux en tant que personnalité des médias sociaux. Tu parles également de ces sujets importants sur les médias sociaux. Quelle est la pression dans le monde des affaires pour être toujours „parfait“ ? Comment gérer au mieux cette pression ?

Jana : Je n’ai jamais ressenti la pression de devoir être parfaite sur Instagram, mais c’est aussi dû au fait que j’ai travaillé de nombreuses années dans l’industrie de la mode, où souffle un tout autre vent. À l’époque, j’étais blasée, et ce sont les médias sociaux et les gens qui m’ont redonné confiance en moi. Mes cheveux étaient soudain spéciaux et pas „trop rouges“, mes hanches étaient soudain normales et pas „trop grandes“ et mon apparence générale était soudain „belle“ et pas „exotique“. Bien sûr, tout a toujours deux facettes, y compris les médias sociaux. De manière générale, nous devrions faire activement attention aux contenus et aux valeurs auxquels nous nous exposons en nous abonnant aux comptes correspondants. Je fais régulièrement le ménage dans les comptes auxquels je suis abonné plusieurs fois par an, parce que je veux aussi ne regarder que ce que je trouve esthétique, sans douter de moi-même, ce qui m’inspire sans me sentir inférieur et ce qui me plaît mais pas au détriment des autres.

GNTM comme tremplin : après, on est soi-même responsable de son succès !

FIV : Tu t’es fait connaître entre autres par ta participation à GNTM et tu as depuis du succès en tant que mannequin. Comment ta vie a-t-elle changé depuis GNTM ?

Jana : GNTM m’a offert quelques moments de notoriété à la suite de ma participation. Il est facile de se faire connaître et cela ne demande guère d’aptitudes extraordinaires de nos jours – rester connu ou durer plus de deux saisons dans cette industrie sans vouloir utiliser des formats trash est une toute autre chose. Comme j’ai quitté assez rapidement l’agence Klum pour trouver une vraie agence et que je n’avais pas beaucoup de présence en ligne à l’époque (canal Instagram, Tik Tok, etc.), la notoriété n’a été que de courte durée et n’a pas changé grand chose, à part le fait que j’ai reçu une très bonne formation de catwalk, que j’ai reconnu et appris des stratégies d’interview et que je connais maintenant bien les contrats. J’avais déjà commencé mes études avant de participer et je les ai reprises après (mais pas très longtemps, comme nous le savons grâce à mon histoire d’hôtesse de l’air) et la véritable notoriété n’est venue qu’avec l’aviation, mes articles à ce sujet et la chronique – à l’époque, j’ai exploité avec le contenu de l’avion une niche que peu de créateurs ont exploitée, mais à laquelle presque tout le monde peut s’identifier, car la plupart des gens ont déjà voyagé dans un avion. J’ai simplement eu la bonne idée au bon moment.

Photo : Nikk Martin

Point culminant de sa carrière de mannequin : parcours pour Women’s Health

FIV : Tu as beaucoup de succès en tant que mannequin et tu as notamment déjà défilé lors de la Fashion Week de Berlin. Quel a été le point fort de ta carrière de mannequin jusqu’à présent ?

Jana : ce n’est pas parce que l’on défile à la Fashion Week de Berlin (qui n’est pas vraiment une Fashion Week et n’est pas vraiment reconnue par l’industrie) que l’on a „vraiment“ du succès – les „vraies“ FW sont celles de Milan, Paris, New York et Londres, également appelées les „big four“. Si tu y défiles plusieurs saisons d’affilée, ALORS tu as „super bien réussi“) Le mannequinat est loin d’être toujours aussi glamour qu’on le dit dans la société. Si je shoote un catalogue pour une chaîne de supermarchés ou si mon visage apparaît sur une affiche de salon pour des assurances, c’est aussi du mannequinat – mais on y pense généralement moins quand on entend ce terme. Un jour, on m’a appelé en plein hiver pour me demander si je pouvais shooter l’éditorial le lendemain au bord de la mer en Turquie.

Les projets d’avenir de Jana pour 2022

FIV : Pour finir, un petit coup d’œil vers l’avenir, nous sommes curieux de savoir ce que tu as prévu pour les prochains temps : As-tu de grands projets, comme un déménagement ou autre, ou quelque chose de spécial à venir ? Donne-nous un petit teaser de ce que tes fans et followers peuvent attendre ces prochains temps !

Jana : Comme on le sait, je ne suis définitivement pas le genre de personne à planifier loin dans le futur. J’ai quelques idées et projets en tête – ce qui se réalisera finalement et comment restera aussi passionnant pour moi que pour vous.

En savoir plus sur le thème Germany’s Next Topmodel

L’interview de Luca t’a plu ? Alors lis ici d’autres interviews d’anciennes candidates de GNTM.

Interview avec Luca Angelina Vanak : GNTM, études, mannequinat & avenir

Beaucoup connaissent Luca de GNTM. Elle a participé à la 16e saison de Germany’s Next Topmodel et s’est classée 8e. Dans cette interview, Luca nous parle de sa période passionnante dans l’émission de casting et donne quelques conseils aux futures participantes de GNTM. Luca révèle comment elle est venue au mannequinat, si le mannequinat est le métier de ses rêves et comment elle a réussi à étudier le journalisme en plus de sa carrière de mannequin. En outre, tu apprendras dans cette interview ce que Luca a encore prévu dans un avenir proche.

  • Luca Angelina Vanak Interview

Entretien avec Natascha Jasmin Beil : à propos de GNTM, de conseils beauté et de ses projets d’avenir

Nous avons rencontré l’ex-participante de GNTM, Natascha Jasmin Beil, pour une interview exclusive. Elle s’est fait connaître grâce à sa participation à la sixième saison et est toujours active en tant que mannequin, influenceuse et personnalité de la télévision. Depuis peu, la belle travaille à nouveau en parallèle comme coiffeuse. Elle nous a parlé de sa vie, de GNTM, de son chien Tyson et de ses plus beaux voyages. En tant qu’experte en beauté, elle nous a également donné des conseils en matière de soins capillaires et de maquillage!

  • Entretien avec Natascha Jasmin Beil